Le magasin E. Leclerc de Lanester fait le buzz avec son rayon "Made-in-France"


COMMUNIQUE : 29/01/2013

Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, Fleur Pellerin, ministre des PME, Sylvia Pinel, ministre du Commerce et du Tourisme et Nicole Bricq, ministre du Commerce extérieur annoncent une prochaine conférence de presse pour le lancement d'une marque FRANCE.


Le rayon "patriote" du E. Leclerc de Lanester
Le rayon "patriote" du E. Leclerc de Lanester

Tout le monde en parle ! L'initiative du magasin E. Leclerc de Lanester fait le buz dans les médias : Europe 1, Ouest-France, Le Parisien, Le Figaro, Challenges, LSA, et même au JT de 13h de TF1 !  La raison ? Un rayon entier qui concentre un panel de produits tous azimuts, garantis de fabrication française et identifiés en tant que tels par une bannière flêchée XXL bleu-blanc-rouge avec la mention "Produits fabriqués en France".

 

Certains y voient une réponse directe à l'injonction du Ministre du redressement productif, qui appelait il y a peu de temps encore la grande distribution à promouvoir le "Made-in-France" ? En fait, l'adhérent Leclerc morbihanais cherche avant tout à démontrer que cette offre existe déjà dans tous les rayons de l'enseigne. Une manière de tester le consommateur et de voir dans quelle mesure, il est sensible à cet argument quand il est clairement mis en avant dans le magasin. Pour ce faire, il s'agissait de saisir l'opportunité d'un espace disponible, de faire une mise en rayon dédiée en s'appuyant sur une offre dont on est sûr de la provenance des produits de fabrication. A Lanester, les produits présentés sont pour la plupart ceux de la marque bien connue des consommateurs : "Nos régions ont du talent". Des produits de qualité en épicerie, charcuterie, surgelés, primeurs, boissons, fromage..., avec des prix légèrement plus élevés qu'une marque d'entrée de prix, mais qui répondent à un cahier des charges strict, nés d'un savoir-faire professionnel français.

 

Comme pour Bio Village, les Eleveurs de Bretagne/de l'Ouest, Amiral de Bretagne, les marques régionales ou des initiatives comme Produit en Bretagne, restent souvent la meilleure façon pour le consommateur de garantir un achat qui privilégie l'économie régionale ou nationale. Un grand nombre di'nitiatives existent déjà notamment avec toutes les Alliances Locales que les adhérents des magasins E. Leclerc privilégient et valorisent.

 

MADE IN FRANCE, QUELLE REALITE DANS LES RAYONS ?

"En Scarmor (NDLR : coopérative régionale des Centres Leclerc bretons), comme dans les autres centrales d'achats du mouvement, nous achetons exclusivement la viande porcine aux producteurs français et bretons (indiquée VPF ou Cochon de Bretagne). Vous ne trouverez donc pas de porc importé de l'étranger dans nos rayons boucherie", explique l'adhérente du E.Leclerc de Concarneau (29). "Il est plus difficile d'être catégorique pour les produits manufacturés, notamment des grandes marques que vous trouvez aussi dans les rayons frais. Mais la garantie d'acheter un produit frais fabriqué en France existe déjà. Il suffit de savoir lire les étiquettes. Un sticker collé sur l'emballage indique les premières lettres du pays de provenance, suivi des chiffres de sa région : PL pour Pologne ou FR pour France suivi du numéro de département. Et pour les fruits et légumes, chacun a déjà pu remarquer que l'origine est aussi visible que le prix puisque l'affichage est déjà soumis à une règlementation stricte à cet égard.

 

Force est de constater que si l'information est souvent là, elle manque de visibilité et ne répond peut-être pas suffisamment à une demande de plus en plus prégnante du consommateur, de connaître l'origine de ses achats. Après, tout est question d'information et de communication, sachant qu'il n'est pas toujours aussi simple d'avoir l'assurance qu'un produit est 100 % français, en dehors des produits frais. Et pour ne pas mentir aux consommateurs et lui proposer une véritable offre alternative, il y a encore beaucoup à faire, surtout dans le non alimentaire. Mais, côté textile par exemple, il existe quand même quelques produits qui échappent à l'étiquette Made in China ou Made in India. "Dans nos rayons textile, nous essayons également de mettre en avant des vêtements de fabrication française quand cela est possible comme ceux de la marque Terres de Marins fabriqués à Cholet ou encore la marque Thermobaby en puériculture. Cela permet de voir si nos clients sont sensibles aux produits français", précise l'adhérente E. Leclerc de Pontivy (56).

 

 

Alors, les clients seront-ils aussi séduits que les médias par cette initiative ? Le consommateur français est-il vraiment prêt à mettre en cohérence ses préoccupations pour la défense de son pouvoir d'achat avec sa volonté de favoriser ou privilégier les produits locaux, régionaux et nationaux ? Et qu'en est-il de la nécessité de ne pas créer une offre exclusive ou disciminatoire ? Autant de questions qui devraient alimenter les tribunes et les colonnes de nos médias dans les prochaines semaines...

 


QU'EN PENSEZ-VOUS ?


Écrire commentaire

Commentaires : 5
  • #1

    Richard (lundi, 28 janvier 2013 19:31)

    Signaler "fabriqué en France" dans le rayon OK, mais ne pas tout regrouper sous une bannière "fabriqué en France"

  • #2

    Yvan (mercredi, 30 janvier 2013 09:43)

    C'est fou comme les gens et les médias réagissent à ce qui est creux du moment qu'on en jette plein la vue
    C'est justement le contraste entre l'inutilité du message et sa taille obscène qui a suscité l'intérêt, car les gens ne sont pas dupes, il n'y a rien de nouveau la majorité des produits alimentaires que nous vendons sont made in France, sauf peut être chez les hard discounters, tous les consommateurs et les journalistes en sont conscients.
    Donc finalement c'est le clin d'oeil qui a été apprécié et rapporté...
    Phénomène à ranger dans la même catégorie que le goût excessif de notre société actuelle pour le sarcasme et la caricature au premier degré.

  • #3

    Sandrine (vendredi, 01 février 2013 12:08)

    Il y a d'autres fournisseurs en Textile qui proposent des marques de fabrication française comme Bleu Forêt et leurs chaussettes Tricotages des Vosges ; Olivier GUILLE qui a toujours fabriqué en France ses chaussettes pour bébé, enfant et femme. Kindy, qui avait délocalisé, relocalise une partie en France. Et Olympia qui avait été racheté par Tricotages des Vosges, a désormais une partie de sa production en France.

    Conclusion pour les consommateurs ; mieux vaut acheter sa chaussette en hyper, on est sûr de trouver des produits français, plutôt qu'en solderie !

  • #4

    Mikael (dimanche, 03 février 2013)

    En Bretagne, vous feriez mieux de mettre des drapeaux bretons que des drapeaux français en avant.

  • #5

    David (samedi, 16 février 2013 08:25)

    Acheter français c'est bien... Mais dès fois lorsque je suis au rayon fruit et légumes en Bretagne je passe devant les champignons de Paris on ne sait pas toujours me dire s'ils viennent de Hollande ou de Pologne. Je trouve cela dommage car chez les adhérents de la Socamaine et la Scanormande, chez qui j'ai l'occasion de faire mes courses, ils sont étiquetés Val-de-Loire ou Calvados. Je ne pense pas que l'ensemble des magasins de ces régions font main basse sur toute la production mais pourquoi ne pas travailler en synergie avec ces centrales d'achats pour mettre en avant la french touch. Cela me parait d'autant plus aberrants que les champignons étrangers font un parcours de plusieurs milliers de km avant d'arriver en Bretagne, à l'inverse des vertus environnementales prônées par votre groupement.

    Je ne suis pas contre la mise en avant de produit français de qualité dans les rayons, même si parfois je suis déçu de lire huile de palme ou coprah dans la liste des ingrédients. Je ne pense pas que l'on en faisait mention dans les recettes ancestrales du cassoulet ou des lunettes de roman. Pourtant ces huiles figurent dans la liste des produits utilisés en gamme 'Nos régions ont du talent.' Pour moi il y a tromperie sur la qualité du produit...