Hommage à Antoine Polard, fondateur de la Foire aux vins Leclerc

Le coup de génie d'Antoine Polard : acheter des vins en primeur et démocratiser les grands crus

Antoine Polard aux chais de la Scarmor avec Michel Jestin qui a travaillé de nombreuses années à ses côtés
Antoine Polard aux chais de la Scarmor avec Michel Jestin qui a travaillé de nombreuses années à ses côtés

L'homme est une figure historique et emblématique du mouvement Leclerc, en Bretagne comme ailleurs, un "dinosaure" comme on dit pour décrire les personnalités des premiers jours qui inscrivent une histoire dans le temps et dont le nom s'efface au profit de l’œuvre collective. En ce début d'octobre 2013, Antoine Polard n'est plus, mais il laisse à tous un héritage prestigieux, de la belle ouvrage qui, ironie du sort ou hommage du temps, célèbre ses 40 automnes au même moment.

 

Connu pour sa faconde et sa connaissance impressionnante notamment des vins de Bordeaux, ce travailleur pugnace qui a commencé comme acheteur de fruits et légumes, a donné ses lettres de noblesse aux Foires aux vins Leclerc et a fait des émules dans toute la grande distribution. En effet, ce Saint-Politain issu d'une famille d'agriculteurs de Kernilis près de Lesneven, fut adhérent Leclerc de 1973 à 2008, mais également longtemps responsable du secteur vins et champagnes au sein de la centrale Scarmor. Et c'est bien là qu'il a écrit sa légende en lançant les premières Foires aux vins où petits vins, millésimes et grands crus se côtoient. Un concept qui démocratise un domaine souvent réservé, et qui fut ensuite repris dans toutes les centrales Leclerc avant d'inspirer très rapidement les autres enseignes.

 

Jean-Michel Bordais, Président de la Scarmor de 1987 à 2007, se rappelle de la mémoire phénoménale d'Antoine Polard : "Il impressionnait tout le monde par sa connaissance des vins et des vignerons. Mais surtout, je me souviens que mon frère François-Paul Bordais (NDLR : Président de la Scarmor de 1971 à 1986) me racontait qu'Antoine connaissait par cœur tous les accords qui étaient signés avec les fournisseurs. Cela représentait des centaines de fiches à mémoriser pour lesquelles il était incollable lors de ses brillantes interventions en Centrale".

 

Du rayon Polard à la Cave d'Antoine

Mais c'est surtout son intuition et un coup de génie de l'homme qui expliquent la renommée et l'excellence des Foires aux vins Leclerc. Son fils, Sébastien Polard, adhérent Leclerc de St Pol de Léon depuis maintenant 2008, rappelle que son père fut le premier à avoir eu l'idée et le culot de faire entrer des grands crus dans les Foires aux vins. "Un jour, il a eu une opportunité avec une très belle cave de Rennes qui liquidait son stock. Il a tout acheté et ensuite, tout fut vendu en une matinée dans quelques magasins. Le client lambda qui d'habitude n'avait jamais accès aux grands crus, a pu pour la première fois y accéder. Les Foires aux vins existaient déjà mais il n'y avait que des vins de l'union des producteurs de St Emilion et de Bordeaux. Il y avait donc un véritable créneau à prendre. François-Paul Bordais, a ensuite demandé à mon père d'aller à Bordeaux et d'acheter du vin. Là il a rencontré un négociant avec qui il a fait affaire pour obtenir des grands crus". Car pour accéder aux grands vins de Bordeaux, il y a seulement deux options possibles : soit acheter en marché livrable, c'est à dire que le vin une fois acheté reste 2 ans dans les chais du négociant, soit en primeur. Là il est 15 ou 20% moins cher mais il faut le porter derrière. "Mon père a dit banco et il fut ainsi le premier à acheter du vin en primeur, permettant ainsi à sa Centrale d'être pendant une bonne vingtaine d'années le premier "acheteur" de primeurs au monde. Ailleurs, les acheteurs préféraient du vin livrable, des millésimes, comptant ainsi sur des valeurs sûres. Nous avons délibérément choisi cette option, plus exigeante, mais qui nous permet encore aujourd'hui d'avoir un décrochage prix très fort par rapport aux autres, tout en ayant les volumes !".

 

Grâce à Antoine Polard, La Foire aux vins, est devenue une marque de fabrique Leclerc, qui se maintient largement en tête sur le marché français. Un héritage que son fils Sébastien fait vivre avec passion en Scarmor, puisqu'il est à son tour, responsable des achats du secteur vins en Scarmor. Formé aux métiers du vin, il recherche aussi l'innovation pour maintenir le niveau d'excellence de l'évènement avec notamment le parrainage du catalogue régional par des chefs étoilés bretons et la mise en lumière de quelques toques prometteuses.

Alors, au moment où la Foire aux vins 2013 va hisser les couleurs anniversaires du "rayon Polard" dans tous les magasins bretons, à St Pol on rendra hommage plus particulièrement à la figure du père et à l'œuvre accomplie, dans les rayons affectueusement et respectueusement rebaptisés "La Cave d'Antoine"...

 

NOTRE DOSSIER

La Foire aux vins E.Leclerc 2013 > 40 ans


En 2009, Antoine Polard racontait l'arrivée des grands crus dans les toutes nouvelles Foires aux vins Leclerc : une première dans la grande distribution !

Antoine Polard, adhérent Leclerc à St Pol de Léon jusqu'en 2008 fut le fondateur des premières Foires aux vins Leclerc, il y a 40 ans. Une date anniversaire qui vient malheureusement coïncider avec la date de sa disparition jeudi 03 octobre 2013. Ce compagnon historique et emblématique de la coopérative régionale bretonne, raconte dans cet extrait vidéo d'un film qui célébrait les 40 ans de la Scarmor en 2009, l'arrivée des grands crus au sein des Foires aux vins naissantes et comment cette histoire là a commencé... [Lien vidéo]

 

"En 1975, François-Paul Bordais (NDLR : Président de la coopérative Scarmor) me dit : "Il n'y a que les notables qui ont le droit aux grands vins. Ce serait bien que l'on puisse les mettre au niveau de tout le monde, qu'on les rende accessibles à notre clientèle. je te donne tant pour acheter et tu te débrouilles !"

Et je me suis en route pour acheter des grands vins. Ce que mon collègue du National ne voulait pas : "C'est pas fait pour nous" (...)

Et nous avons lancé ça dans notre Foire aux vins de 1977. On vendait du Mouton Rotschild 1073 à 50 francs la bouteille.

Je peux vous dire tout de suite qu'on n'en n'a pas vendu des tonnes. Mais à St Pol, j'avais vendu cinq caisses. J'étais content ! Progressivement le budget qu'il m'avait donné, j'ai tiré dessus bien-sûr. (...) Tous les ans je prenais un peu plus.



Écrire commentaire

Commentaires : 7
  • #1

    olivier bordais (lundi, 07 octobre 2013 19:41)

    Un grand Monsieur nous quitte! Il a toujours été présent dans les moments difficiles. C'était aussi mon parrain. Bye Antoine et bon vent.
    Je suis triste

  • #2

    Muriel Sancéo Bigard (mardi, 08 octobre 2013 10:24)

    On ne peut qu'admirer un homme comme Antoine Polard, qui fait partie d'une génération de créateurs et de bâtisseurs. Mais ce que je retiendrai le plus d'Antoine, c'est son empathie naturelle et son extrême sensibilité à l'égard des autres. Par son regard, il vous touchait tout de suite.
    Kenavo Antoine

  • #3

    Pascale Saliou (mardi, 08 octobre 2013 17:22)

    Antoine a eu une très belle cérémonie, à son image, émouvante, et l'hommage rendu par cette foule venue de tous horizons est à la mesure de l'Oeuvre et du travail accompli par cet homme extraordinaire.
    Merci Antoine, nous avons hier levé nos verres à votre éternité.

  • #4

    QUINIOU stephane (mercredi, 09 octobre 2013 05:33)

    Juste quelqu' un de bien.

  • #5

    Michel Jestin (mercredi, 09 octobre 2013 16:25)

    Il y a des belles personnes et des rencontres qui marquent une vie, qui d'une certaine manière ne nous quittent jamais vraiment. Mr Polard..... Antoine, ce Chevalier aux "multiples châteaux", homme talentueux, humain et généreux comparable à un véritable Grand Cru, mais celui-là bien breton........
    Avec mon plus profond respect et ma grande tristesse : "Adieu l'Artiste".

  • #6

    s (mercredi, 09 octobre 2013 20:58)

    j'ai eu la chance de travailler dans son centre Leclerc en tant qu'étudiante pendant 4 ans. je reste persuadé que j'ai pu le faire car j'étais de santec...sa ville d'adoption....c'était une adorable personne qui malgré son statut de directeur, passait nous voir à la pause café ! Adieu et merci...

  • #7

    de (lundi, 23 décembre 2013 18:54)

    Un Grand Monsieur d'une qualité généreuse et fort sympathique que nous n'oublierons jamais ...