"Faisons l'économie d'une nouvelle taxe : dites non à l'écotaxe" par O.Bordais

Lettre ouverte d'Olivier Bordais, adhérent Leclerc à Landereau / Scarmor

A ceux qui nous gouvernent,

Quelle grande idée cette écotaxe ! Nos politiques seraient-ils tellement éloignés des urgences quotidiennes des entreprises qu’ils ont choisi de créer un dispositif indigeste, récessif, qui va plomber durablement l'économie Bretonne ? Il serait donc vertueux de lutter contre les "dommages environnementaux" en provoquant des "dommages économiques et sociétaux" sans précédent ?!

 

La taxe au service de l'écologie, il fallait y penser. Ouf, l'escargot de Quimper survivra ! Il faut financer la "transition énergétique", nous dit-on pour la version officielle mais en "off", il s'agit surtout de financer le CICE (Crédit d'Impôt pour la Compétitivité et l'Emploi). Bref, on finance un allègement par une nouvelle taxe ! Ubuesque.

C'est un fait, notre belle région s'éloigne tous les jours du centre névralgique de l'Europe. C'est plutôt judicieux de nous mettre des boulets à chaque pied pour aller vendre nos produits. Nous sommes travailleurs, innovants et plutôt de bons chefs d'entreprise mais... pas des magiciens. Déjà, Les Polonais, les Espagnols... se frottent les mains. Dans les appels d'offres européens nous ne pourrons lutter. Comment redonner la confiance aux chefs d'entreprise avec cette armada de taxes et ce gloubi-boulga administratif dans cette période déjà très anxiogène ?

Jean-Jacques Hénaff évoque un "déménagement de la pointe Bretonne", veut on tuer ce territoire ? Est-il devenu non stratégique ? Inutile ? Trop loin de tout pour s'en occuper ? Le pays des algues vertes ?

Quel gâchis, alors que notre belle région regorge d'hommes et de femmes de qualité. Que dire à ces jeunes Bretons bourrés de talents et d'idées qui veulent aller exercer à Londres ou à Singapour ? Donnons-leur un projet d'avenir, des perspectives pour que demain ils apportent vitalité et richesse.

 

L’agriculture, la pêche et l'agroalimentaire souffrent. Ils sont nos poumons, ils irriguent notre économie. Sans eux, nous périrons à petit feux, pour un jour se retrouver dans la rubrique nécro du Télégramme. Refusons cette funeste vision et réveillons-nous ! A vrai dire, je préfèrerais assister aux obsèques de tous nos beaux portiques !

 

Ne nous trompons pas, l'écotaxe ne sera pas indolore pour le citoyen car c'est un nouvel impôt sur la consommation qui, in fine alourdira le panier de la ménagère. Mais déjà, j'anticipe vos réactions "c'est la grande distribution qui s'en met plein les poches" ! Savez vous que dans beaucoup d'entreprises, le poste impôts et taxes a augmenté deux fois plus vite que le chiffre d'affaire ces dix dernières années. Changeons de modèle et commençons par faire des ECONOMIES !

Par cette taxe, on veut nous contraindre à changer nos habitudes, moins de camions sur les routes, ok, mais...où sont donc les solutions alternatives ? Le ferroutage. la SNCF freine des 4 fers ! Seul Combiwest est déjà sur les rails. Bravo les gars du Nord Finistère. Allons encore plus loin et pourquoi ne pas créer, tous ensemble, une coopérative bretonne (on sait faire !) de transport ferroviaire ? Pour une fois, c'est un axe sans taxe.

 

Messieurs les députés, sénateurs..., vous, les élites de la nation, utilisez votre intelligence et vos mandats à bon escient. L'économie bretonne a besoin de vous, d'une vision, de courage, d'un cap et non de contraintes supplémentaires. Battez-vous à nos côtés, au lieu de stigmatiser tour à tour les agriculteurs qui polluent, les industriels qui nous intoxiquent et la grande distribution qui se goinfrent. Montrez-nous que le politique peut influer favorablement. Pas de grands discours lénifiants, des actes. Il y a urgence !

Et puis, si vous ne savez pas faire, n’hésitez pas à nous demander de l’aide, l’économie : c'est notre métier !

Refusons de sombrer, battons-nous pour offrir aux Bretons, une Bretagne belle, prospère, solidaire et ouverte sur le monde.

 

C'est un petit billet de mauvaise humeur.

 

 O. Bordais

PDG du E.Leclerc de Landerneau

Adhérent de la coopérative Scarmor

 

Dites "Maiiis" à l'écotaxe et réjoignez #LesMoutonsBZH sur twitteret sur Facebook

 

 


LIRE AUSSI

NOTRE DOSSIER : Ecotaxe, BGV, Air France : Les raisons de la colère

C'est le 18 juin 2013 à Pontivy, que se réunissait pour la première fois 

le Comité de convergence des intérêts bretons : un collectif constitué d'entrepreneurs bretons, de représentants de salariés, du monde agricole,  d’organisations économiques ou de coopératives professionnelles. En savoir plus

 

 


Écrire commentaire

Commentaires : 0