Les Eleveurs de Bretagne dans les E. Leclerc bretons : les conso-acteurs étaient au rendez-vous !

Les conso-acteurs étaient au rendez-vous samedi 12 janvier dans la quarantaine de magasins E Leclerc participant à l’opération. Le Cochon de Bretagne mais aussi la dinde ou le poulet des Eleveurs de Bretagne ont séduit les clients ce jour-là, parce que ces produits aux origines bretonnes et à l’alimentation certifiée, étaient proposés par les meilleurs ambassadeurs qui soient : les éleveurs bretons eux-mêmes ! Retour sur une journée de mobilisation.

 

Eric, Jean-Pierre, Jeanine, Serge, David, venus seuls ou en couple, du Finistère, du Morbihan ou des Côtes d’Armor, faisaient partie de la cinquantaine d’éleveurs de porc ou de dinde qui ont accepté de se mobiliser sur une demi-journée pour valoriser leur production, leur savoir-faire mais aussi leur métier dont finalement on ne connait souvent que le produit final qui remplit notre assiette.

Certains d’entre eux ont dû partir à l’aube pour traverser leur département, avec parfois un peu d’appréhension mais convaincus par la démarche : provoquer des rencontres directes dans les magasins pour sensibiliser le consommateur de la nécessité de privilégier des filières courtes et régionales, afin de maintenir l’économie et l’agriculture bretonne. "Sous cette marque qui ne regroupe que des éleveurs bretons, il y a des milliers d’emplois qui en découlent. Les gens doivent prendre conscience que leurs choix de consommation peuvent avoir des conséquences" rappelle Sébastien, éleveur de porc à Trémeven.

 

L’exercice n’est pas facile, car si certains d’entre eux ont parfois l’habitude de vendre sur les marchés, se retrouver en tête de gondole tout un samedi matin pour haranguer le chaland est une autre paire de manches. Il faut savoir accoster le client pressé, le consommateur méfiant, le locavore averti ou le bavard envahissant bien content de trouver quelqu’un avec qui discourir des dérives de nos sociétés de consommation. Et bien-sûr, il a fallu encaisser quelques petites phrases lancées par des clients indélicats qui, d’un geste de la main coupe toute communication avec un  "ça ne m’intéresse pas ; j’ai déjà donné"… Mais nos éleveurs ce matin-là ont l’humeur pugnace et le sourire facile tant la cause les motive. Et ça marche !

 

Pour mener leur mission d’ambassadeur des Eleveurs de Bretagne, les équipes des magasins E.Leclerc leur ont fourni un tablier noir faisant mention de leur marque et de leurs valeurs défendues. Même certains agriculteurs un peu tendus au départ, l’œil sur le portable (l’ombilic indispensable pour les maintenir en contact avec la personne qui gère l’exploitation pendant leur absence), prennent très vite goût à l’exercice, appréciant ce face à face avec le consommateur. Les échanges sont nombreux, positifs, encourageants et pleins d’empathie. Les gens approuvent la démarche et repartent avec de la viande et un achat militant dans la main. 

Eric, éleveur de dinde dans le Morbihan présent au E. Leclerc de Quimper, raconte qu’il est resté sans voix lorsqu’une dame lui a pris tout de suite une barquette en disant "La dinde, je connais, j’ai travaillé 32 ans chez Doux ! Alors vous pouvez compter sur moi pour acheter breton !" .


Eleveurs de Bretagne/ Eleveurs de l’Ouest met leurs bonnes pratiques à l’honneur avec une marque qui certifie leur filière sous tous les aspects qui inquiètent le consommateur : traçabilité, soins aux animaux et alimentation. C’est bien ce qu’il en ressort lorsque l’on assiste aux échanges entre les éleveurs et les clients du magasin Leclerc de Larmor Plage. "Ce sont les mêmes questions qui reviennent souvent", explique Jean-Pierre et son épouse venus de Montertelot (56) : "D’où viennent nos animaux, qu’est-ce qu’on leur donne manger, est-ce qu’ils sont bien traités ? Mais il suffit de prendre le temps de leur répondre et de parler de notre passion pour notre métier, avec un petit conseil de cuisson donné par ma femme en bonus, pour que les gens repartent avec l’un de nos produits ".

 

Fin de l’opération un peu avant 13h. Les bacs sont vides, ou presque, selon les magasins et les agriculteurs satisfaits d’avoir vécu une expérience très positive pour leur métier, pour la filière, pour la Bretagne. Il est temps d’aller manger avec l'équipe du magasin et de regagner leur élevage. Adhérent, directeur, chef de rayon, éleveurs se saluent, convaincus que c’est en travaillant ainsi ensemble que des filières bretonnes pourront gagner la confiance et l’adhésion du consommateur soucieux du développement de sa région.

 


LIRE AUSSI



Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Jakez (lundi, 14 janvier 2013 11:05)

    Bravo pour l'initiative ! J'ai acheté de l'osso buco à Quimper à cet éleveur car plus de cuisses de dinde. Vive la Bretagne