Épisode # 5 : Je vous avais promis de causer de crevettes...leçon de choses

Carnet de voyage d'Olivier Bordais / Cochin le 18/10

Ce matin, grasse matinée jusqu'à 07h30 et petit déjeuner devant la baie de Cochin.

 

Les rafiots se croisent en crachant une fumée noire sur les eaux boueuses et polluées de la baie. C'est un désastre écologique. Dans les villes, les décharges sauvages se succèdent, les enfants en ont fait leur terrain de "jeux". Cela me laisse sans voix.

 

 

Mais, je vous avais promis de causer de crevettes.

En fait, nous vendons essentiellement 3 espèces de crevettes tropicales en France :

- La Penaeus Monodon "black Tiger": la plus goutée et la plus chère.

On la trouve principalement dans l'océan Indien. Le must se trouve à Madagascar. On la trouve à l'état sauvage et bien-sûr en élevage. Dans les fermes, elle supporte mal la surpopulation dans les bassins. Nous sommes sur du semi-extensif (50 bêtes au m2). 

- La Penaeus Vannamei : la plus commune. C'est la crevette que nous vous vendons sur nos étals poissonnerie. Elle represente le gros du volume. On la trouve essentiellement à l'état sauvage en Amérique Centrale et du Sud. Dans les fermes, elle peut supporter jusqu'a 150 copines au m2. C'est de l'intensif. Dans notre cahier des charges nous refusons cette densité.

- La Deep sea : une petit crevette sauvage pêchée surtout en Inde et parfois au Surinam. C'est la crevette premier Prix. Je la trouve moins bonne, un peu farineuse.

 

La crevette aime une eau chaude supérieure à 25 degrés et pour se reproduire elle a besoin de 29 degrés. Concernant l'alimentation, elle aime l'eau riche en nutriment et plutôt une eau saumâtre. C'est pourquoi, beaucoup de fermes se trouvent près de mangroves. La crevette fait partie de la famille des ditritivores (elle fouille dans la vase et mange de tout).

Demain je vous parle des écloseries.

 

Dernières photos de Cochin

PHOTO 1 :

Un grand moment de silence et surtout d'inquietude ce matin dans la baie, un paquebot COSTA croisière" Romentica" fait son entrée dans le chenal. Miracle ! tout s'est bien passé :-)

 

 

 

PHOTO 2 :

Un photo pour vous montrer mes talents de photographe. Bientôt le prix Pulitzer ?!

 

 

 

 

 

 

 

PHOTO 3 :

La photo est trompeuse, pas un poisson ne peut survivre dans cette eau !


Arrivée à Bangolore à 17h avec un airbus tout neuf

Sommes-nous encore en Inde ? La transition est brutale. L'aéroport est immense et il s'agrandit (voir photo). L'autoroute est récente et ils construisent une autoroute au dessus de l'autoroute. 30 km pour rejoindre le centre ville de l'aéroport. Nous croisons des Mercedes et BMW ( et pas les premiers prix) : c'est le miracle économique ! Nous sommes dans la Silicon Valley indienne. Beaucoup de nos programmes informatiques sont élaborés ici. Les complexes luxueux sortent de terre pour héberger les nouveaux riches. Ici, pas de problème d'escargot de Quimper, on construit à tout va. Pas de doute, ce pays se prépare à prendre le Leadership.

 

En fait, nous faisons un stop and go. Demain matin nous partons en avion pour Bhubaneswar (proche de Calcutta et du Bangladesh), le Golfe de Bengale nous manquait.


RETOUR AUX ÉPISODES PRÉCÉDENTS

Retrouvez les épisodes précédents et suivez le fil du feuilleton Les Tribulations d'un Breton en Inde ICI.


Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    LE NY (samedi, 20 octobre 2012 09:39)

    Merci pour ces infos sur les crevettes
    Celles que je prends régulièrement à Leclerc Riantec sont bonnes mais ....trop cuites.
    Ca n'enlève pas le plaisir d'en manger loin s'en faut
    Je remercie le bonheur d'avoir un étal de poissons, fruits de mer, .... à Riantec
    Jean Claude